Cantine Bio logique

Posted by olivier lebaron 2 Comments

affiche film nos enfants nous accuseront

Le Film :

La courageuse initiative d’une municipalité du Gard, Barjac, qui décide d’introduire le bio dans la cantine scolaire du village. Le réalisateur , Jean-Paul Jaud, brosse un portrait sans concession sur la tragédie environnementale qui guette la jeune génération : l’empoisonnement de nos campagnes par la chimie agricole (76 000 tonnes de pesticides déversées chaque année sur notre pays) et les dégâts occasionnés sur la santé publique. Un seul mot d’ordre : Ne pas seulement constater les ravages, mais trouver tout de suite les moyens d’agir, pour que, demain, nos enfants ne nous accusent pas.
Sortie le 05 Novembre 2008.

Le Conseil Général du Gard :

Le Conseil général du Gard partenaire du documentaire «Nos enfants nous accuseront», agit et s’engage au quotidien pour développer une agriculture durable sur son territoire.
Sur la période 2001-2007, le Conseil général du Gard a consacré près de 31 millions d’euros pour l’agriculture gardoise, avec notamment des actions pour le respect de l’environnement, la qualité des produits et le développement de l’Agriculture Biologique (AB).
Le Gard : bientôt 1er département français Bio
Depuis plus de 10 ans, à la demande de Damien Alary, président, le Conseil général aide l’agriculture bio afin de structurer l’offre et de développer une agriculture bio de proximité.

La municipalité de Barjac :

Faites bien attention à ce que nous dit Monsieur Edouard Chaulet, le Maire de Barjac :

«Nos enfants s’empoisonnent… Nous les empoisonnons. Cessons de faire cela ! Les élus locaux ont des responsabilités, ils doivent les prendre en matière d’hygiène publique.»
«On a pris une décision politique ! Et non une décision comptable… On comptera après !»
«Rien n’est trop sain, rien n’est trop bon, rien n’est trop beau pour nos enfants…»

Source :
Interventions d’Edouard Chaulet lors à l’occasion d’un entretien avec Périco Légasse (hebdomadaire Marianne), à l’école auprès des parents d’élèves, lors d’une conférence débat au cinéma municipal de Barjac, lors des voeux de nouvel an.
Interventions extraites du film «Nos enfants nous accuseront» disponibles sur www.unplusbio.org, liens à partir des rubriques «A la Une» et «Mon projet manger Bio®, comment faire ?»

Categories: Actu

2 Responses so far.

  1. François COGNEAU dit :

    Je suis moi-même élu et je cherche à convaincre d’autres élus pouvez-vous m’envoyer des Document sur votre action.
    merci d’avance.

  2. Bonjour François,
    Sans doute que les premières actions requièrent de la documentation. J’espère que vous la recevrez ce qui vous convient de la mairie (que je félicite toute l’équipe de Barjac au passage car leur action et celle de Jean-Paul Jaud est vraiment celle qui convient le mieux à notre situation : Donner l’exemple !).
    Ceci étant, une action que vous pouvez faire en attendant et de trouver ou lister les producteurs et commerçants déjà dans cette démarche, afin de préparer avec eux le terrain. Deuxième action, regardez si vous n’avez pas un Agenda21 dans votre région, département ou communauté de commune. C’est un projet d’envergure, lourd mais qui a le mérite d’engager sur une autre voie la collectivité.
    Si vous ne trouvez pas indiquez votre ville, village et je ferai un message sur le réseau des éco-conseillers(ères) pour savoir si l’un de nous est sur votre territoire. Ensuite je vous mettrais en lien.
    Notre sujet nécessite de créer des liens. Nous ne sommes pas seuls. Mêmes les gens que nous croyons opposés à ces pratiques saines, sont aussi à l’écoute et aimerai au plus profond d’eux que les choses changent. Soyez aussi, un phare pour eux. Ne jugeons pas celles et ceux qui polluent aujourd’hui, car ils sont souvent pris à la gorge. Ce qui compte, c’est avant tout de les informer, de leur montrer une voie pour sortir de l’impasse où ils se trouvent.
    Avant que je n’achète des vêtements fabriqués à partir de coton bio et de chanvre, de lins cultivé sainement, j’achetai comme tout le monde et je faisais une erreur. Et lorsque j’ai souhaité acheter des chemises en coton biologique, il n’y en avait pas, j’ai donc recherché une entreprise qui serait d’accord d’en fabriquer… Ethos m’a répondu. Et les chemises ont été faites. Voilà comment je procède. CreerSansDetruire a plusieurs fonctions mais la principale et de fournir l’information pour sensibiliser. C’est capital ! A chacun ensuite de faire le pas suivant : Prendre conscience et enfin agir. En fait, le développement durable, soutenable et cohérent (je tiens beaucoup à la cohérence) peut être matérialisé par un escalier à trois marches : 1 – la sensibilisation ; 2-la prise de conscience et 3 l’action. En fait, tout simplement, nous empruntons un escalier à trois marches. Mais… MAIS… Ne nous trompons pas, nous croyons que la population est sensibilisée mais elle ne fait pas le lien entre « les faits » et les actes de tous les jours, les achats !
    En parallèle de cela pour les professionnels (que l’économie, certains financiers, les faiseurs de croissance et autres balivernes) il faut aussi leur permettre de changer d’orientation… mais comment faire lorsque les prêts, les dettes sont là ? Il est de notre devoir d’agir pour tous et de trouver des alternatives à ceux qui sont dans l’impasse aujourd’hui. La NEF par exemple permet d’envisager la banque d’une autre manière. Je vous invite aussi à voir cela car c’est important.
    Enfin, il faut penser à la santé des personnes. Des gens qui souffrent doivent être aidés tout autant. Ce qui est important c’est de leur montrer qu’il existe autre chose que cette économie conventionnelle. Il ne s’agit pas de les faire rêver mais bien de leur montrer concrètement ce qui est déjà fait et marche (cf. *).
    Voilà quelques éléments, il me reste à vous féliciter pour votre initiative en tant qu’élu car c’est à ce niveau aussi que les actions se font.
    Respectueusement, Hervé.

    * Vous trouverez de nombreux liens dans la rubrique utile dans « Liens et glossaire »

Leave a Reply