vincent_pugibet_colombette

Voilà ce dimanche, en plus d’avoir ce stupide article dans le magazine Fémina qui évoquait notamment le taux d’alcool élevé des vins du Languedoc, on pouvait lire ceci dans les pages actu de Béziers, en titre : « La désalcoolisation du vin au centre du débat ». Une thématique dominicale de Midi Libre ?

Et puis non, en fait, c’était un article sur François et Vincent Pugibet qui sont cités directement devant le tribunal correctionnel de Béziers par la Direction générale de la consommation et de la répression des fraudes. Bien évidemment, c’est à propos de leur processus de désalcoolisation. On peut lire que : « Le vice-procureur Henri Bec s’en prend à la fièvre de communication des deux prévenus : « Ils se répandent dans la presse sur leur côté précurseur constamment en train d’imaginer de nouvelles techniques ; ils se braquent sur une notion : « ce que nous faisons n’est pas illégal ! » ». Il requiert 5 000€ d’amende et trois mois d’emprisonnement avec sursis pour les deux infractions. »Impressionnant de savoir qu’on leur reproche leur innovation et le fait d’en parler. C’est même hallucinant. Après on se demande pourquoi la France perd son leadership dans les domaines où elle était pionnière !Pendant que la justice et les autorités compétentes dépensent un budget conséquent pour « dénoncer » les pratiques des Pugibets, les vins légers en alcool sont devenus un véritable succès commercial et la demande sur le marché poursuit sa progression ! Quel ironie ! Quel dommage que l’article du Midi Libre oublie de mentionner ce dernier point.Car la conclusion de cette longue histoire qui dure depuis 2003 c’est que la réalité donne raison au domaine de la colombette !

Au passage, le domaine de la colombette a lancé une nouvelle version de son site internet. Des infos et de la pédagogie pour bien comprendre les pratiques et la démarche du domaine  !

Categories: Vignerons

One Response so far.

  1. bernard dit :

    Bonjour,Avant j’étais potier en Corse désormais je suis vigneron en Languedoc. Au niveau administratif c’est un choc. Les antipodes. …..le problème ici, c’est que l’on est dans l’exagération. L’ administration a pris le pouvoir sur la création, l’innovation. On nivelle par le bas… On a même l’impression, parfois, que l’entrepreneur est mal vu. Une sorte de paria que l’on doit absolument descendre de peur que son virus n’atteigne d’autres malheureux ….Cet acharnement à faire revenir les Pugibet dans le rang est une régression paradoxale. Nivelez par le bas, Messieurs, usez de votre pouvoir. Lorsqu’il n’y aura plus de fou furieux vous en porterez la responsabilité et vous vous apercevrez, pour ainsi que vous ne soyez pas trop bouché, que les allumés ont toujours une idée d’avance…

Leave a Reply