UFC que choisir vin bio ou pas ?

Article extrait tel quel depuis le site de l’UFC que choisir de l’Aude. Cela résume en quelques mots et une image, les craintes des vignerons bio ou non bio face à l’émergence d’un réglementation européenne globale qui serait trop laxiste vis à vis de certaines pratiques oenologiques :Bio à la vigne, mais pas à la cave00057_vin_bioLa Commission européenne s’apprête à adopter un règlement sur le vin bio qui risque d’empirer une situation déjà très peu claire et peu compatible avec l’éthique de l’agriculture biologique.

Un règlement européen sur le vin bio : a priori, ce devait être une bonne nouvelle. Eh bien, c’est raté : le nouveau label risque en effet d’introduire un peu plus de confusion dans l’esprit des consommateurs. Jusqu’à présent, le logo AB apposé sur les bouteilles garantissait simplement un vin issu de raisins provenant de l’agriculture biologique, mais le mode de vinification, lui, n’était pas encadré. Hélas, la première mouture du règlement, qui devrait être adoptée dans les prochaines semaines, est d’un laxisme incompatible avec l’éthique du bio.

La Commission autorise ainsi une kyrielle de pratiques oenologiques telles que la flash pasteurisation, une technique qui consiste à chauffer les cuves à 73 °C, tuant du même coup les levures et les bactéries naturellement présentes dans le moût. Il faut alors rajouter des levures industrielles qui induisent des profils aromatiques stéréotypés. Autorisée également, l’osmose inverse, qui permet de retirer l’eau du moût de raisin afin de concentrer le sucre dans le breuvage, mais élimine aussi les acides organiques. « On réduit ainsi à néant tous les efforts réalisés dans le vignoble pour préserver la naturalité du sol et les matières vivantes du raisin », s’indigne Michel Issaly, président des Vignerons indépendants de France (VIF), dénonçant le lobbying du négoce et des coopératives qui veulent investir en masse ce créneau porteur.

Votez Oui au Bio dans ma cantine scolaire et pour mes enfants

 

A l’issue du Grenelle de l’environnement, il a été décidé de passer à 20% de bio dans les cantines à l’horizon 2020.
Le WWF-France agit dès à présent, en lançant la première campagne nationale pour l’introduction de produits issus de l’agriculture biologique locale dans les cantines scolaires. Avec la campagne « Oui au bio dans ma cantine » le WWF-France appelle tous les parents d’élèves à se mobiliser le 18 juin pour convaincre le maire de leur commune de privilégier les produits issus de l’agriculture biologique dans chaque cantine scolaire et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour inciter les agriculteurs de son territoire à passer au bio.

Le bio c’est bon pour la santé car riche en éléments nutritifs mais surtout, exempt d’OGM, de pesticides et de conservateurs potentiellement nocifs pour l’organisme ! Le bio, c’est bon pour l’environnement en privilégiant un mode de production qui respecte les ressources naturelles, les sols et la biodiversité. S’il est local et de saison, c’est moins d’énergie consommée pour sa production et son transport et du coup, moins de gaz à effet de serre pour la planète !
Enfin, le bio, c’est bon pour les finances ! En bio, les agriculteurs touchent un revenu décent, la production locale bio crée 20 à 30% d’emplois supplémentaires et permet de faire économiser aux contribuables les frais de décontamination et frais médicaux générés par l’utilisation des pesticides.

Ras la Fraise : Manifeste Suisse contre les fruits hors-saison

Soyez solidaires, soutenez nos amis suisses !

En voilà qui ont bien raison. Un bon moyen de nous rappeler que la culture biologique se doit avant tout d’être une culture locale pour faire vivre une économie locale. Ce manifeste, même si il ne mentionne pas le bio, va dans le même sens.

A vous de voir si vous souhaitez signer :

Manifeste

Parce que les fruits et légumes hors saison ne sont pas bons

  • cultivés sous serre et hors sol, ils ne mûrissent pas au soleil, sont récoltés avant leur pleine maturité et ont peu de saveur.
  • leur mode de culture et les longs transports réduisent considérablement leurs bienfaits pour la santé en diminuant leur teneur en nutriments, vitamines et minéraux.

Parce que les fruits et légumes hors saison sont polluants

  • leur mode de culture est gourmand en énergie. Les cultures sous serres, souvent chauffées, consomment des énergies fossiles et sont à l’origine d’émissions de CO2.
  • ils nécessitent l’utilisation de nombreux pesticides et fongicides, responsables de pollutions de l’air, des sols et des eaux, nuisibles pour la santé des agriculteurs et des consommateurs ainsi que pour la faune et la flore.
  • ils viennent de loin et leur transport consomme pétrole et kérosène, dégageant de grandes quantités de CO2.

Parce que les fruits et légumes hors saison ne sont souvent pas éthiques

  • une grande partie d’entre eux vient d’exploitations agricoles où les conditions sociales et de travail des ouvriers sont catastrophiques.

Parce que les fruits et légumes hors saison nous coupent du rythme de la nature

  • ils nous font perdre le contact avec la nature et avec le rythme des saisons.
  • ils uniformisent nos assiettes tout au long de l’année, nous privant de la joie de retrouver la saison des fraises ou celle des tomates.

La Puannerie : Chambres d’hotes au coeur des chateaux de la Loire

Quel bonheur ! Associé le vin et l’accueil chaleureux de Michel et Danièle Devillers, installés au coeur du Val de Loire, dans leur chambre d’hote et leur très beau domaine viticole de la puannerie. Si Michel est davantage dans les vignes, Danièle prend soin des chambres et de ses hôtes.

Si vous cherchez un accueil personnalisé agrémenté de dégustation de vins d’une incroyable buvabilité, n’hésitez pas. J’ai encore un plaisir intense à boire les vins de Michel, gourmand, léger en alcool, fruité, gouleyant. Avec ses cuvées, on retrouve un vocabulaire populaire de la boisson facile et sans habillage. Il fait du bio, il travaille dans ce sens. A chacune de mes visites, je le rencontre toujours dans ses vignes, comme en ce moment, au rude travail de la taille, une casquette vissée sur la tête, ses lunettes sur le nez, habillé pour les grands froids et bardé de sa batterie pour l’aider au douloureux geste répétitif de la cisaille.Situé au Cœur des Châteaux de la Loire, sur la Route des Vignobles.Venez vous détendre au calme d’une ferme vigneronne du 19° en pierre de tuffeau, dans des chambres lumineuses et agréables.

Détendez-vous au rythme de la vigne, dans un domaine préservé ou la nature règne. Ils vous inviteront à parcourir les chemins verdoyants de traverse au milieu des vignes et des prés en culture biologique, dans le respect de l’environnement. Une descente à la cave s’impose : le patron vous invite au pot d’accueil et à la dégustation. J’aime ce contact vrai. Y’a ni parfum, ni sourire de façade. Si l’homme vous ouvre sa porte, c’est qu’il vous fait confiance. Entrez, il fait bon vivre.

Domaine de la PuannerieMichel et Danièle Devillers3 route de la Puannerie41400 Saint Julien de Chédontél 02 54 32 11 87 / 06 75 45 09 30danieledevillers@orange.fr

La Puannerie : Chambres d’hotes au coeur des chateaux de la Loire

Quel bonheur ! Associé le vin et l’accueil chaleureux de Michel et Danièle Devillers, installés au coeur du Val de Loire, dans leur chambre d’hote et leur très beau domaine viticole de la puannerie. Si Michel est davantage dans les vignes, Danièle prend soin des chambres et de ses hôtes.

Si vous cherchez un accueil personnalisé agrémenté de dégustation de vins d’une incroyable buvabilité, n’hésitez pas. J’ai encore un plaisir intense à boire les vins de Michel, gourmand, léger en alcool, fruité, gouleyant. Avec ses cuvées, on retrouve un vocabulaire populaire de la boisson facile et sans habillage. Il fait du bio, il travaille dans ce sens. A chacune de mes visites, je le rencontre toujours dans ses vignes, comme en ce moment, au rude travail de la taille, une casquette vissée sur la tête, ses lunettes sur le nez, habillé pour les grands froids et bardé de sa batterie pour l’aider au douloureux geste répétitif de la cisaille.
Situé au Cœur des Châteaux de la Loire, sur la Route des Vignobles.Venez vous détendre au calme d’une ferme vigneronne du 19° en pierre de tuffeau, dans des chambres lumineuses et agréables.

Détendez-vous au rythme de la vigne, dans un domaine préservé ou la nature règne. Ils vous inviteront à parcourir les chemins verdoyants de traverse au milieu des vignes et des prés en culture biologique, dans le respect de l’environnement. Une descente à la cave s’impose : le patron vous invite au pot d’accueil et à la dégustation. J’aime ce contact vrai. Y’a ni parfum, ni sourire de façade. Si l’homme vous ouvre sa porte, c’est qu’il vous fait confiance. Entrez, il fait bon vivre.

Domaine de la Puannerie
Michel et Danièle Devillers
3 route de la Puannerie
41400 Saint Julien de Chédon
tél 02 54 32 11 87 / 06 75 45 09 30

danieledevillers@orange.fr
domainedelapuannerie.site.voila.fr

Vin bio nouvelle législation européenne : Objectifs et Principes

Depuis le 1er Janvier 2009, une nouvelle règlementation européenne s’applique au sujet de l’agriculture biologique. Le règlement n°834/2007 remplace le règlement  n°2092/91 modifié avec une description des modalités d’application dans le règlement n°889/2008.

Pas de panique, ce ne sont que des numéros du journal officiel de la communauté européenne qui donnent accès à plusieurs pages de textes plus ou moins compréhensibles, en tous les cas nécessaires de connaitre pour savoir ce que l’Europe nous réserve en matière d’Agriculture Biologique.

Cette nouvelle règlementation a pour but d’améliorer et de renforcer les normes communautaires applicables à l’agriculture biologique ainsi que les exigences communautaires en matière d’importation et d’inspection.  L’objectif étant d’obtenir une simplification et de parvenir à une cohérence d’ensemble pour une harmonisation des normes.  Le texte prévoit donc de définir plus précisément les objectifs, principes et règles applicables à la production biologique, de manière à contribuer à la transparence et à la confiance des consommateurs ainsi qu’à une approche harmonisée du concept de production biologique.

OBJECTIFS  DE LA PRODUCTION BIOLOGIQUE
La production biologique poursuit les objectifs généraux suivants :
a) établir un système de gestion durable pour l’agriculture qui

respecte les systèmes et cycles naturels et maintient et améliore la santé du sol, de l’eau, des végétaux et des animaux, ainsi que l’équilibre entre ceux-ci;
contribue à atteindre un niveau élevé de biodiversité;
fait une utilisation responsable de l’énergie et des ressources naturelles, telles que l’eau, les sols, la matière organique et l’air;
respecte des normes élevées en matière de bien-être animal et, en particulier, répond aux besoins comportementaux propres à chaque espèce animale;

b) viser à produire des produits de haute qualité;

c) viser à produire une grande variété de denrées alimentaires et autres produits agricoles qui répondent à la demande des consommateurs concernant des biens produits par l’utilisation de procédés qui ne nuisent pas à l’environnement, à la santé humaine, à la santé des végétaux ou à la santé et au bien-être des animaux.

PRINCIPES DE LA PRODUCTION BIOLOGIQUE
La production biologique est fondée sur les principes suivants:
a) concevoir et gérer de manière appropriée des procédés biologiques en se fondant sur des systèmes écologiques qui utilisent des ressources naturelles internes au système, selon des méthodes qui:

utilisent des organismes vivants et des méthodes de production mécaniques;
recourent à des pratiques de culture et de production animale liées au sol, ou à des pratiques d’aquaculture respectant le principe d’exploitation durable de la pêche;
excluent le recours aux OGM et aux produits obtenus à partir d’OGM ou par des OGM à l’exception des médicaments vétérinaires;
sont fondées sur l’évaluation des risques, et sur le recours à des mesures de précaution et à des mesures préventives, s’il y a lieu;

b) restreindre l’utilisation d’intrants extérieurs. Lorsque leur utilisation est nécessaire ou en l’absence des pratiques et méthodes de gestion appropriées visées au point a).
c) limiter strictement l’utilisation d’intrants chimiques de synthèse aux cas exceptionnel.

Les Objectifs et Principes sont suivis de principes plus spécifiques, de règles applicables et d’annexes comme la liste des intrants autorisés. Il y a déjà quelques critiques au sujet de ce nouveau règlement qui ne serait, parait-il, qu’un moyen d’assouplir les normes de l’Agriculture Biologique. Nous verrons plus tard quel article déclenche ce type de critique. Il est quand même encourageant de voir que l’Europe arrive à s’entendre sur des objectifs clairs et précis et sur des principes généraux conformes aux critères de l’écologie.

Des résidus de pesticides dans les vins bio

Dans la revue test-achats de décembre 2008 . n° 526, une enquête sur la présence de résidus de pesticides dans le vin, par R. Remy, M. Baert et M. Gonnissen.

Il suffit apparemment d’être en Belgique, de l’autre côté de la frontière donc, pour trouver une étude un peu plus approfondie et sérieuse sur la présence ou non de résidus de pesticides dans les vins Français mais aussi Allemand, Argentin, Chilien etc…
Si les Belges adorent le vin, il est à noter qu’ils se posent les mêmes questions que nous, mais que eux se donnent les moyens d’y répondre, de part le seul fait que la Belgique n’est pas un pays producteur de vin. Il y a paradoxalement moins de pression ou tout du moins de freins à mettre en place de telles études.

L’étude est mise en place après l’application du nouveau réglement européen du 1er Septembre 2008 ramenant le nombre de pesticides autorisés de 700 à 300. Le nouveau règlement fixe les limites maximales de résidus (LMR) autorisées sur et dans les denrées alimentaires destinées à l’homme. Cette limite est une relative à l’application des Bonnes Pratiques Agricoles. Elle ne souligne pas pour autant la toxicité d’un résidu de pesticide. Pour ce faire,  on dispose de deux indices, la dose de référence aigüe et la dose journalière admissible.
Au niveau européen, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a fixé une LMR pour les produits alimentaires dont le vin ne fait pas partie mais le raisin de cuve oui. C’est ensuite, à chaque état de l’union européenne de mesurer le respect de ces limites.

Le vin présentera ou non des résidus de pesticides en conséquence de l’emploi ou non de pesticides dans la vigne. On peut supposer que les vins bio n’en contiendront pas puisque, dans ce cas, les vignerons ne peuvent pas employer de pesticides, et que dans le cas de vin traditionnel, il pourra y avoir des résidus mais à une dose inférieure à la Limite Maximale de Résidus autorisées dans le raisin !

L’étude porte sur 34 vins, rouges, blancs et effervescents, issus pour moitié de l’agriculture biologique. Les vins ont été achetés sur le marché belge en mai-juin 2008. Les analyses ont porté sur la détection possible de 200 résidus de pesticides. Les auteurs précisent qu’il faut bien faire la différence entre la détection d’un résidus mesurables qui s’exprime en mg/kg ou en ppm, et, entre la détection de traces de pesticides qui s’expriment là en µg/kg. Dans le premier cas, on est certain de la présence de pesticides et de son emploi par le vigneron. Dans le second cas, on est certain de sa présence dans le vin mais on ignore sa quantité et sa provenance. Il peut s’agir alors d’une contamination depuis une parcelle voisine.

Les résultas :

Sur les Vins Traditionnel, 9 sur 17 ne comportent ni traces ni résidus. Les 8 autres contiennent de 1 à 3 résidus différents.
Sur les Vins Bio, 13 sur 17  ne comportent ni traces ni résidus.  Les 4 autres en contiennent donc.
A noter que les résidus observés sont inférieurs à la LMR fixée pour les raisins de cuve.  Les auteurs donnent en exemple le résidus le plus observé, le pyriméthanil. Sa LMR est de 1 mg/kg or la dose maximale observée a été de 0.07 mg/kg, soit 14 fois moins !

Deux conclusions à donner :

Les vins ne sont pas tous porteurs de résidus de pesticides et lorsqu’ils le sont c’est dans des quantités admissibles par les autorités européennes et très éloignées d’un quelconque danger pour la santé !
Il est anormal de trouver des résidus de pesticides dans 4 vins issus de raisins de l’agriculture biologique puisque cela prouve l’utilisation de pesticides par le vigneron. Or son cahier des charges le lui interdit et un organisme de contrôle et de certification l’a justement contrôlé pour le respecter ! On peut donc se demander si les contrôles sont réalisés correctement.

Questions Ouvertes :

Qui fera une telle étude à plus grande échelle en France sur les vins bio français afin de nous garantir la fiabilité du label Bio ?
Sachant que sur cet échantillon, le seul vin français bio à présenter des résidus de pesticides est l’un des vins de La Chablisienne, peux-t-on avoir une réaction de cette coopérative ? Comment réagissent-ils à cette étude ? Sur leur catalogue, cette cuvée n’existe plus et semble remplacée par « Dame Nature ».
Même question vis à vis de l’organisme Ecocert qui a certifié cet échantillon pour la Chablisienne. C’est tout de même délicat comme résultat !

Le tableau de Résultats des Résidus mesurables (en mg/kg ou ppm)

AGRICULTURE TRADITIONNELLE
Terres Douces 2005, Bordeaux (France, rouge) carbendazime : 0,02 fenhexamid : 0,02
Cellier Yvecourt Bordeaux 2006, Bordeaux (France, rouge) carbendazime : 0,06 iprovalicarbe : 0,01
Chablis Union des Viticulteurs 2007, Chablis (France, blanc) pyriméthanil : 0,07 fenhexamid : 0,03 iprovalicarbe : 0,01
Hilaire Rondeau Rosé d’Anjou 2007, Rosé d’Anjou (France, rosé) diméthomorphe : 0,02
Val de Uga Merlot 2006, Somontano (Espagne, rouge) carbendazime : 0,05
Gobelsburger Grüner Veltliner 2005, Qualitätswein (Autriche, blanc) azoxystrobine : 0,01 boscalide : 0,07
Riesling Classic 2007, Pfalz (Allemagne, blanc) pyriméthanil : 0,01 fenhexamid : 0,03 iprovalicarbe : 0,01
Casa Mayor Carmenère 2007, Colchagua Valley (Chili, rouge) iprodione : 0,11 fenhexamid : 0,04
Cuvée St Vincent Les Chevaliers 2006, Côtes du Rhône (France, rouge)
Cellier des Dauphins Prestige 2006, Côtes du Rhône (France, rouge)
Merlot 2007, Vin de Pays d’Oc (France, rouge)
Marquis de Marmontel, Champagne (France, vin effervescent)
Lamberti Soave 2006, Soave (Italie, blanc)
Porto ruby – port wine, Porto (Portugal, vin de dessert)
Finca Las Higueras Malbec 2007, Mendoza (Argentine, rouge)
Roodeberg 2005, Western Cape (Afrique du Sud, rouge)
Domaine du Chenoy “Butte aux lièvres” 2005, Sambre et Meuse (Belgique, rouge)

AGRICULTURE BIOLOGIQUE
La Chablisienne La Source 2004 (Ecocert), Chablis (France, blanc) pyriméthanil : 0,03
Garganega del Veneto 2006 (Biogarantie), Garganega IGT (Italie, blanc) pyriméthanil : 0,01
Vida Organica Cabernet sauvignon 2007 (Letis SA BIO), Mendoza (Argentine, rouge) carbendazime : 0,03
Nelson Bio Shiraz Oxfam 2005 (Biogarantie), Western Cape (Afrique du Sud, rouge) carbaryl : 0,02
Domaine Jean-Charles Aubert 2006 (Agriculture Biologique, Demeter), Côtes du Rhône (France, rouge)
Domaine des Coccinelles 2006 (Agriculture Biologique), Côtes du Rhône (France, rouge)
Château Haut-Pouchaud 2005 (Agriculture Biologique), Bordeaux (France, rouge)
Bordeaux Yvon Mau 2006 (Ecocert), Bordeaux (France, rouge)
Pont Neuf 2007 (Agriculture Biologique), Vin de Pays du Gard (France, rouge)
Domaine Le Verger 2007 (Agriculture Biologique), Rosé d’Anjou (France, rosé)
Champagne Fleury (Ecocert, Demeter), Champagne (France, vin effervescent)
Monasterio de Santa Ana 2006 (Consejo de agricultura ecologica Murcia), Jumilla (Espagne, rouge)
Romariz reserve ruby (Ecocert), Porto (Portugal, vin de dessert)
Josef Loimer Gemischter Satz 2005 (Austria Bio), Qualitätswein (Autriche, blanc)
Silvaner Kabinett 2007 (ECOVIN), Rheinhessen (Allemagne, blanc)
Adobe Cabernet sauvignon 2007 (IMO SCESP 004), Valle Central (Chili, rouge)
Hageling Dornfelder 2005 (Biogarantie), Hageland (Belgique, rouge)

Isabelle Frère : Le Scarabée au féminin

Isabelle Frère s’est installé en 2007 dans un recoin de la cave du domaine Léonine de Stéphane Morin. Le Scarabée est le nom qu’elle a donné à son aventure. Certes si l’autre nom du scarabée est le bousier, du fait qu’il pousse devant lui une boule d’excrément, il n’en est pas moins un insecte symbolique depuis l’antiquité égyptienne. Véritable dieu, on le vénérait car il a la particularité de naître comme par magie en sortant de la terre et de son sarcophage de bouse. Son apparition est quasi miraculeuse donc, un peu comme le raisin qui au lieu de finir en vinaigre se transforme en vin. La vie n’est finalement qu’une succession de résurrections.

cave barrique isabelle frère

Même si dans la famille d’Isabelle, le travail de la vigne n’est pas une nouveauté, son oncle était viticulteur, elle a pour autant pris un sacré nouveau départ en créant le scarabée. Tout d’abord enseignante à Perpignan pendant 7 années, elle a étudié l’horticulture à Rivesaltes avant d’attraper le virus lors d’un stage de 6 mois chez Jean-François Nicq au Foulard Rouge. Quoique récente et intimiste, la production d’Isabelle laisse entrevoir de belles choses et une perspective alléchante. Avec moins de 6 ha, près de la commune d’Argelès-Sur-Mer, ses quelques parcelles sont assez proches les unes des autres, non loin de la mer et au pied des Pyrénées. L’aventure ne fait que commencer, sur ces terres à qui il faut réapprendre à vivre sans l’aide de la chimie. Car Isabelle ne fait pas dans la demie mesure ? Elle a tout basculé en culture bio. Un défi qui va lui demander de la patience, beaucoup de travail et un mental à toutes épreuves pour affronter le risque de voir un rendement quasi nul sur certaines vignes. Dans ses yeux, on les voit bien, ses vignes, ce plein soleil, ce ciel bleu, cet envie de créer, ce besoin de toucher les feuilles, de fouiller le sol, de pousser la vie devant soi. Cet hiver, le cheval est passé pour un labour en douceur, une particularité de plus, entre les plus vieilles vignes qui n’ont pas données plus de 10 hl à l’hectare.

Isabelle Frère Le Scarabée

Isabelle donne à ses cuvées des noms qui lui ressemble. « Volubile« , elle vous ouvre facilement la porte pour vous raconter sa passion, ce « Pied de Nez » à sa propre histoire, et nous ne saurions mentir à vous disant que ses vins nous transportent « Sur un nuage« , en légèreté et en fraîcheur d’âme.
Ce n’est pas facile à voir, mais sur l’étiquette de « Sur un nuage », plaisant assemblage de vieux grenache et carignan, son petit scarabée fait l’imbécile sur un nuage supersonique. C’est comme ça le sud ! ça n’a pas besoin de se prendre au sérieux pour faire des grands vins.