Millesime Bio, La Colombette annonce la fin des traitements chimiques pour la vigne

Vincent Pugibet ne fait pas dans la demie mesure. Pas son style ! Remarqués par la qualité de leur Chardonnay puis par leur cuvée Plume désalcoolisée à 9°, le domaine de la Colombette près de Béziers dans l’Hérault a depuis deux ans une démarche originale consistant à planter des cépages résistants aux maladies.

En plein reportage de France 3 sur le salon professionnel des vins bios, Millésime Bio, Vincent déclare : « c’est vrai qu’aujourd’hui ça nous permet d’avoir des vignes sans aucun traitements c’est à dire évidemment sans molécule de synthèse, mais y’a aussi pas de cuivre, pas de soufre y’a rien, rien de rien ! Vous pouvez revendre vos appareils de traitement, y’a plus rien. Ca fait une vraie différence ! »

A voir à partir de 1mn :

vincent pugibet millesime bio cepage resistant

Et sur le site du domaine de la Colombette, on peut lire ceci :

« Aujourd’hui la viticulture classique bio n’amène pas de solution. Entre viticulture Bio et traditionnelle, seul le remède change. Dans le premier cas on utilise du soufre et du cuivre issu respectivement du raffinement du pétrole et du recyclage de câbles électriques. Dans l’autre, on emploie les molécules de synthèse de la phytopharmacie. Dans les deux cas, on ne s’attaque pas au fond du problème. En croisant simplement nos Vitis ancestrales avec des Vitis sauvages, on obtient naturellement une résistance durable aux maladies.
Le développement et l’utilisation de cépages résistants à l’oïdium et au mildiou permet de réduire de 80 à 100 % les fongicides utilisés en viticulture. Ils permettent de supprimer l’exposition des agriculteurs aux pesticides. Ils assurent l’absence de résidus dans les vins pour les consommateurs. Ils ne modifient et ne détruisent pas le milieu naturel. »

Photos ©Olivier Lebaron Photographies : plantation des cépages résistants au domaine de la Colombette

Lire aussi article publié sur La Feuille de Vigne : http://www.lafdv.fr/std/183-au-combat-les-pugibet-plantent-des-cepages-resistants-aux-maladies-de-la-vigne 

 

Buvons Nature, un salon de vin nature pour vous ouvrir à la diversité

chaussure-recto-buvons-web
La viticulture bio et biodynamique gagne du terrain dans le vignoble et devient le choix de bon nombre de grands vignerons. De leur côté, les vins dits «naturels», ces vins sains qui sont travaillés à la vigne comme à la cave, sans intrans (produit chimique), poussent la démarche encore plus loin. Mais qu’entend-on par vins «natures», peut-on faire des vins sans intrans, si oui, quel goût ont-il et surtout sont-ils vraiment bon ?
Pour le savoir, l’équipe de La NIAC (nouvelles idées d’actions culturelles) Vous convie à le découvrir lors de cette 5éme édition de : Buvons Nature !
Sur le principe de : chacun est libre de faire le vin qu’il veut, à « buvons nature », on parlera d’idéal plutôt que de doctrine idéale et on goûtera les flacons d’une philosophie qui revêt trois aspects : le respect de la nature, la buvabilité plaisante des produits proposés, la convivialité de ces vins souvent de plaisir immédiat
A buvons Nature ! Nous ne sommes ni doctrinaires, ni sectaires, nous vous proposons simplement de venir apprécier ces vins aromatiques, fins, et fruités qui goûtent l’émotion. Des vins d’amour, réalisés sans intrans, en vendanges manuelles, avec des levures indigènes et, dans presque toutes les cuvées, sans sulfite ajouté. Alors, c’est le moment de venir goûter ces nectars pour vous faire votre avis sur ceux-ci.
Vive la pluralité et Buvons Nature ! Même avec modération ! Pour cela on vous attend les 10, 11 et 12 décembre à L’Espace Beaujon. 208, rue du FB Saint Honoré, 75008.Tel : 01 42 89 17 32
Venez accompagné, ce n’est pas un problème car nous, tout ce que l’on souhaite, c’est vous faire découvrir une autre forme de boire bon. En plus juste avant Noël c’est une bonne façon de remplir sa cave car vous pourrez déguster mais, si vous le désirez et dans la limite des stocks disponibles, acheter certains de ces vins. Alors, puisque c’est pour le plaisir, soyez des nôtres ce week-end.
chaussure-verso-buvons-web

Georges Frêche voit l’avenir du vin en bio, un parfum de campagne

Georges Frêche à Millésime Bio

Discours de Monsieur Georges Frêche, président du Conseil Régional du Languedoc Roussillon, lors de la première journée du salon Millésime Bio, organisé pour la deuxième année consécutive à Montpellier.

Installé au centre du hall, sous un immense panneau Sud de France, la marque ombrelle des produits du Languedoc Roussillon, Georges Frêche prononce à la volée des phrases sans détour. devant une assemblée captive. Ces quelques morceaux choisis vous donneront un bel aperçu de l’orientation de la région et de l’état d’esprit du moment :

« Ce salon est un succès tout simplement parce que l’avenir de l’agriculture de la région, c’est vous ! Le Bio c’est évident ! Dans 20 ans, on ne dira plus l’agriculture biologique. On dira l’agriculture tout court et ils seront tous à 100% Bio !Il faut être intelligent pour survivre. C’est pourquoi on finance les exploitations qui veulent passer en bio. Plus de 6 Millions et demi d’euros. On a aussi avec Sud de France export mis en place les conventions d’affaires avec des acheteurs internationaux. On installe la viticulture Bio en Chine ! Le développement est fulgurant.Mais on finance aussi la recherche sur les jus de fruit. On doit trouver autre chose que le jus d’orange qui vient d’ailleurs. On doit faire du jus de raisin moins sucré.Dans 2 ans, tous les lycées de la région auront une cantine bio !
Moi, je dis toujours : demain, j’ai 20 ans ! Faut regarder l’avenir. Le passé c’est le passé, c’est fini, ca ne m’intéresse plus. Et bien l’agriculture biologique, c’est l’avenir ! Avec le projet Aqua Domitia, on va amener 1% de l’eau du Rhône jusque partout dans la région et ce sera la première région à se protéger de la variation d’approvisionnement en eau.Avec le goutte à goutte, on sauver la viticulture.Parce que la vigne c’est elle qui fait la beauté de la région.
Aider la vigne c’est aider les viticulteurs et ceux qui veulent faire du tourisme. Nous avons une région magnifique.La Bio est un chemin de l’avenir et nous accompagnerons ceux qui nous ouvrent la voie. »

Quel avenir pour la viticulture biologique en France et en Europe ?

C’était l’objet d’une des rencontres professionnelles du 27 janvier 2009 au salon Millésime Bio organisé à Montpellier au Parc des Expositions. En effet, quel avenir pour la viticulture bio ?

 

conférence millesimebio1

Tout d’abord, en ces temps de morosité cultivés, un large sourire illumine l’ensemble des intervenants. Nous sommes clairement sur un secteur porteur qui sort son épingle du jeu et jouit d’une belle croissance. La viticulture biologique suscite de plus en plus d’intérêt de la part des consommateurs et des acheteurs en France et dans le monde. En France, fin 2007, 1 907 viticulteurs cultivaient 22 507 ha de vignes respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique avec des contrôles spécifiques, soit une augmentation de 20% du nombre d’exploitations.

Cette tendance qui se confirme, année après année, de progression du vin bio, se retrouve soumis depuis le 1 janvier 2009 à une nouvelle réglementation européenne de l’agriculture biologique, (évoquée et détaillée sur ce blog), avec la mise en place de la directive 834.2007. « Avec cette nouvelle forme », nous assure Madame Marianne Monod, du Bureau des Signes de Qualité au sein du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, « il y a une meilleur structuration des composants de la loi, qui devient ainsi plus claire et mieux exploitées. Le fond lui ne change pas. On retrouve ainsi la liste des produits autorisés, le logo communautaire qui sera en fait changé et obligatoire à partir de 2010 et l’introduction de nouveaux champs comme les semences, l’aquaculture, les levures et les méthodes d’applications, dont celle qui nous intéresse : la vinification. L’Europe a chargé un programme de recherche ORWINE d’étudier et de proposer la mise en oeuvre d’une vinification biologique. Les résultats sont attendus pour 2009″.

En résumé (car j’y reviendrai avec plus de détails plus tard), ORWINE va proposer les modalités des méthodes d’applications en faisant diverses études approfondies sur les pays de l’UE. Il s’agira de faire des propositions parlementaires pour Avril 2009 en trouvant un compromis par exemple sur l’emploi du SO2, l’établissement d’une liste d’additifs autorisés, une liste des techniques interdites et de statuer sur l’ajout de sucre. Vaste débat qu’il faudra bien trancher pour avancer. L’idée sera bien entendu de conserver la qualité Bio du raisin jusque dans le vin, qui doit transmettre sa « vérité » nous dit le représentant de l’INAO. Il y a aussi d’autres réflexions sur les levures ajoutées où il faudra « trouver sagesse et équilibre avec de telles différences entre les vignobles ». L’essentiel sera « de garder toute la richesse viticole pour les vins biologiques« .

andrea ferrante millesimebio

Andréa Ferrante de l’AIAB en Italie nous parle d’une histoire commune entre son pays et la France, avec son bel accent chantant (la photo ci-dessus). Ils ont observé, eux aussi, un marché en croissance alors qu’ils sont dans un environnement plutôt à la baisse sur le marché de l’alimentation. L’agriculture Bio, c’est quasiment une réponse à la crise de par les valeurs qu’elle véhicule. A savoir que ce sont les consommateurs qui sont les plus exigeants. Bien plus que les producteurs. Il y a, sur ce marché, une forte exigence de qualité. D’où l’impériosité d’une réglementation forte et européenne jusque sur la vinification. Il faudra se tenir sur ses gardes affirme Monsieur Ferrante car « il y a une partie de la filière Vin qui ne veut pas d’une réglementation du Vin Bio », puisque, sous-entendu, ils utilisent des intrants chimiques. « Le marché pour le vin bio est ouvert donc on ne doit pas avoir peur de travailler ensemble en Europe » conclut-il.

Cette conférence se termine par un petit mot du président de l’Agence Bio (très efficace), Monsieur Didier Perréol, en réaffirmant que le grenelle de l’environnement est un tournant décisif pour l’agriculture et la viticulture Bio. Le plan Agriculture Biologique du ministre, Monsieur Barnier, se révèle très important et moteur sur la filière qui devrait entrainer le triplement des surfaces en AB soit environ 19 500 ha en Languedoc Roussillon et 67 500 ha en France. Ce plan s’appuie sur plusieurs actions, comme le déplafonnement des aides, la réorientation des moyens de la recherche et du développement et la consolidation des filières grâce à la création d’un fonds doté de 15 millions d’euros sur 5 ans.

conférence millesimebio2

MillesimeBio : Un salon de vin bio…unique

Quel chalenge ! Première édition organisée sur Montpellier, il fallait oser passer  à la vitesse supérieure.

MillesimeBio va s’imposer, c’est certain, comme Le salon du vin bio. Il suffit de voir l’affluence des visiteurs professionnels venus rencontrés, plus de 300 exposants, tous certifiés ou en conversion Bio, dont un tiers d’européens dont des représentants d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, du Portugal, du Royaume-Uni et de Roumanie…

Les organisateurs qui sont l’AIVB-LR ont réussi a conservé un aspect convivial à ce salon. D’abord avec la simplicité des tables pour chacun des vignerons et la mixité des régions, ensuite par des petites attentions comme un accès réservés aux professionnels, la tenue d’une oenothèque en libre-service pour une dégustation, à l’écart, des millésimes, un restaurant très chaleureux pris en charge par les vignerons etc…Il suffit de venir ici pour comprendre l’importance de la viticulture bio en France, l’intérêt des acheteurs internationaux et surtout la grande diversité de vins qui sont aujourd’hui offerts sur ce marché du Bio. Ca mettra du temps mais la France va bien finir par comprendre que l’on peut faire toutes sortes de vins Bio, des vins faciles, des vins de terroirs, des vins de gourmandise, des grands vins et des vins de garde. Le Bio est un postulat de départ pour garantir la non utilisation de traitements chimiques, aujourd’hui dans les vignes, et bientôt pour une démarché de vinification Bio en cave, respectée par l’ensemble de l’Europe. Ensuite, on a le choix !

Pour info, l’AIVB-LR c’est L’Association Interprofessionnelle des Vins Biologiques du Languedoc-Roussillon, une Association de Loi 1901, créée en 1991, qui regroupe aujourd’hui 100 caves particulières, 4 caves coopératives et 7 entreprises de mise en marché.

carte viticulture bio agence bio

MillesimeBio : Un salon de vin bio…unique

Quel chalenge ! Première édition organisée sur Montpellier, il fallait oser passer  à la vitesse supérieure.

MillesimeBio va s’imposer, c’est certain, comme Le salon du vin bio. Il suffit de voir l’affluence des visiteurs professionnels venus rencontrés, plus de 300 exposants, tous certifiés ou en conversion Bio, dont un tiers d’européens dont des représentants d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, du Portugal, du Royaume-Uni et de Roumanie…

Les organisateurs qui sont l’AIVB-LR ont réussi a conservé un aspect convivial à ce salon. D’abord avec la simplicité des tables pour chacun des vignerons et la mixité des régions, ensuite par des petites attentions comme un accès réservés aux professionnels, la tenue d’une oenothèque en libre-service pour une dégustation, à l’écart, des millésimes, un restaurant très chaleureux pris en charge par les vignerons etc…
Il suffit de venir ici pour comprendre l’importance de la viticulture bio en France, l’intérêt des acheteurs internationaux et surtout la grande diversité de vins qui sont aujourd’hui offerts sur ce marché du Bio. Ca mettra du temps mais la France va bien finir par comprendre que l’on peut faire toutes sortes de vins Bio, des vins faciles, des vins de terroirs, des vins de gourmandise, des grands vins et des vins de garde. Le Bio est un postulat de départ pour garantir la non utilisation de traitements chimiques, aujourd’hui dans les vignes, et bientôt pour une démarché de vinification Bio en cave, respectée par l’ensemble de l’Europe. Ensuite, on a le choix !

Pour info, l’AIVB-LR c’est L’Association Interprofessionnelle des Vins Biologiques du Languedoc-Roussillon, une Association de Loi 1901, créée en 1991, qui regroupe aujourd’hui 100 caves particulières, 4 caves coopératives et 7 entreprises de mise en marché.

carte viticulture bio agence bio