Sélection de vin pour les fêtes de fin d’année, du choix pour faire plaisir

sélection vin noël

sélection vin noël

Les fêtes approchent ! Ce matin, j’ai passé, finalement, un long moment dans ma cave. Déjà, il est fait plus chaud que dehors, un peu moins de 14°.

L’objectif ? Sélectionner les vins qui vont nous accompagner la semaine de Noël. Bon, il y aura des spécialistes de la Bourgogne qui viendront avec des caisses de Chablis et certainement de bonnes vieilles cuvées. Je me rappelle d’un Chassagne Montracher plus vieux que ma propre carcasse. Ah si on pouvait à nouveau le déguster cette année 😉

Il faut faire des choix, j’ai choisi :

Un Mas Jullien, rouge, Languedoc, les états d’âme, du grenache. Un vigneron dont j’aimerai raconter la très belle rencontre de cet été pendant que l’on se versera un verre. Son portrait ici.

La Préceptorie de Centernach, 2001, une bouteille oubliée, du Roussillon trop rare, l’union des familles Parcé et Legrand autour de la cave coopérative du village de Saint Arnac. De la poésie !

Prieuré Saint Jean de Bébian, rouge, 1998, Languedoc, une année extra du domaine ! J’ai hâte de le boire à nouveau en parlant de la beauté de l’endroit, de Pézenas (une obsession !), de Karen Turner et Pierre Etienne Chevalier. Mon dernier passage est raconté ici.

La Folie, du Vouvray demi-sec sublime de Sébastien Brunet. Un vin idéal pour les accords mets-vins avec sa subtile sucrosité.

L’Agoulle, domaine du Mas Blanc, un Collioure pour rebondir avec la bouteille de la Préceptorie ! Aucune idée du nectar ! Une cuvée surprise pour laisser de la place à l’inconnue ! Je sais juste que c’est du grenache sur schiste et c’est déjà un bon départ !

Beaujolais Nouveau de Lapierre, en magnum ! De quoi bien démarrer les repas quand la table est envahie de têtes chercheuses de bon moment !

Incroyable le vin du Languedoc majoritaire dans les rayons de l’hyper Leclerc de Montpellier

Jean-François Fraïoli Leclerc saint aunès

Je l’avoue, j’ai été chez Leclerc, dans un hypermarché! N’étant pas sur Paris, je n’ai pas pu me rendre à la dégustation privée au bar du Plaza Athénée en Juin dernier. Du coup, j’ai eu le droit à une invitation à la soirée de lancement de la FAV du Leclerc le plus proche de chez moi, celui de Saint Aunès, à côté de Montpellier.carton-rayon-leclerc-saint-aunesJ’étais le seul blogueur présent. La province !!!

J’ai été accueilli au pied levé par le responsable des liquides du magasin, au travail depuis 15 ans, Mr Jean-françois Fraïoli. A une demie-heure de l’ouverture de la grille de fer pour lâcher les quelques 500 clients venus pour l’occasion, il était en pleine forme ! C’est un soir de fête pour le magasin. Près des caisses, il y a une bonne dizaine de caddie déjà rempli par des clients ayant passés commande à l’avance. Le panier moyen va exploser ! Comme Mr Fraïoli me le confie : « La crise on ne l’a pas vue ! Le rayon vin est un centre de profit qui progresse chaque année ». Tout va bien donc. Il m’annonce également que dans son magasin il y a principalement du vin du Languedoc ! Bien sûr , il y a des Bordeaux Grand Crus et d’autres régions mais ici les clients veulent des vins du Languedoc ! Les grands noms sont en place : L’Hortus, Puech Haut, Bébian, et d’autres. C’est à un tel point de préférence régionale que, au début de l’été, pour les touristes, il organise une foire au vin spéciale Languedoc.La fête se confirme. L’allée centrale va être cernée par des tables sur lesquelles on dispose des bouteilles pour une séance de dégustation. Les clients sont rois, à 20h pétante, la grille se lève, beaucoup d’hommes s’avancent, déterminés. Ils savent déjà ce qu’ils vont acheter. Je vois un couple de retraité se précipiter sur du Nicolas Feuillatte. Une affaire certainement ?!!

Tout un rayon abrite les incroyables qui ont fait tant parler. J’en ai repéré un de Tautavel que je vous laisse découvrir chez vous ! La nouveauté du magasin, c’est l’ouverture d’un espace Bio alimentaire avec y compris des vins « bio ». On facilite la vie des clients qui veulent des produits bio. Ils n’ont plus besoin de faire le tour de tous les rayons. Pour info, dans ce magasin, on y retrouve le Picpoul du domaine du Petit Roubié, une blanquette de limoux de Sieur d’Arques et des références du groupe Bonfils.

Mas des Saintes tautavel

Vidéo Levée de liège à banyuls

chene-liege-banyuls

Au matin, avant que le soleil ne chauffe trop la terre, une équipe de leveur s’attaque à cette superbe parcelle de chêne liège, au dessus de banyuls, derrière la chapelle Notre Dame de la Salette.

La levée se fait à l’aide d’une longue hache que les hommes ont soigneusement aiguisée avant de commencer. Les arbres se laissent faire. En quelques instants, les premiers se retrouvent à nu. Les troncs sont de couleur rouge. On n’entend que le bruit de l’outil contre le bois.

Georges Frêche voit l’avenir du vin en bio, un parfum de campagne

Georges Frêche à Millésime Bio

Discours de Monsieur Georges Frêche, président du Conseil Régional du Languedoc Roussillon, lors de la première journée du salon Millésime Bio, organisé pour la deuxième année consécutive à Montpellier.

Installé au centre du hall, sous un immense panneau Sud de France, la marque ombrelle des produits du Languedoc Roussillon, Georges Frêche prononce à la volée des phrases sans détour. devant une assemblée captive. Ces quelques morceaux choisis vous donneront un bel aperçu de l’orientation de la région et de l’état d’esprit du moment :

« Ce salon est un succès tout simplement parce que l’avenir de l’agriculture de la région, c’est vous ! Le Bio c’est évident ! Dans 20 ans, on ne dira plus l’agriculture biologique. On dira l’agriculture tout court et ils seront tous à 100% Bio !Il faut être intelligent pour survivre. C’est pourquoi on finance les exploitations qui veulent passer en bio. Plus de 6 Millions et demi d’euros. On a aussi avec Sud de France export mis en place les conventions d’affaires avec des acheteurs internationaux. On installe la viticulture Bio en Chine ! Le développement est fulgurant.Mais on finance aussi la recherche sur les jus de fruit. On doit trouver autre chose que le jus d’orange qui vient d’ailleurs. On doit faire du jus de raisin moins sucré.Dans 2 ans, tous les lycées de la région auront une cantine bio !
Moi, je dis toujours : demain, j’ai 20 ans ! Faut regarder l’avenir. Le passé c’est le passé, c’est fini, ca ne m’intéresse plus. Et bien l’agriculture biologique, c’est l’avenir ! Avec le projet Aqua Domitia, on va amener 1% de l’eau du Rhône jusque partout dans la région et ce sera la première région à se protéger de la variation d’approvisionnement en eau.Avec le goutte à goutte, on sauver la viticulture.Parce que la vigne c’est elle qui fait la beauté de la région.
Aider la vigne c’est aider les viticulteurs et ceux qui veulent faire du tourisme. Nous avons une région magnifique.La Bio est un chemin de l’avenir et nous accompagnerons ceux qui nous ouvrent la voie. »

Domaine Léonine : Le vin du roussillon se révèle

camion

Le domaine Léonine a pris son essor en 2005. La jeunesse prime sur ce terroir et elle nous en impose ! A Argelès sur mer, il y a la mer, bien sûr, beaucoup de touristes l’été, de toutes les couleurs, blanc, rouge, rosé et ambré. Les couleurs du vin. Les vignes descendent des Pyrénées, un peu plus loin de la plage, un peu plus loin dans le maquis. C’est de l’argile, sa terre, que la ville d’Argelès tire son nom. Une terre fertile qui fait prospérer la culture catalane, toujours présente.

Stéphane Morin est un grand gaillard, solide, calme, qui affiche un sourire généreux et qui ferait tomber bon nombre de filles, femmes, épicuriennes.  Aujourd’hui, ce grand garçon est à la tête de 13 ha et se taille déjà une belle réputation dans le milieu des vins naturels. Il faut dire qu’il a un sacré talent à la fois pour faire le vin et pour le mettre en avant à travers des cuvées au nom extravagant. Il a repris les vignes d’un petit papy qui n’avait jamais pratiqué la modernité ! Du coup, il bénéficie de vignes parfaites pour une pratique au naturel. Jamais désherbé, le sol de la vigne a laissé le champs libre à la concurrence et les racines des ceps se sont enfoncées dans la terre pour y puiser l’eau qui manquait et ses ressources. Chaque pied y a gagné en force et en maturité, supportant plus facilement l’âpreté du climat et apportant davantage de minéralité à ses fruits.

Comme nous le confie Stéphane : « La carbonique, tu la fais sur les raisins qui valent le coup, ça fait une infusion de raisin, fluide, tout en dentelle, tu comprends. Après 3 semaines de macération, tu tires la goutte, tu presses et tu mets en barrique ». Stéphane joue de la macération carbonique comme d’une base essentielle pour concevoir la variété de ses vins. Elle consiste à recueillir les grappes dans une cuve et de les laisser tremper en remplaçant l’air par du gaz carbonique. Une première fermentation va alors s’établir à l’intérieur de chaque grain. Il fait cela principalement sur le cépage roi du Roussillon, le Grenache, en gris, en blanc et en noir, qui délivre une belle variation de vins qu’il aime à décliner.

Stéphane a sorti son Fond de tiroir pour nous permettre d’accéder à la toute puissance de ses cuvées. Ce premier jus donne une bonne idée de ce que l’homme recherche. On y trouve du fruit, débordant, rouge et noir, pour ainsi dire la passion qui s’exprime. Et puis viennent des arômes de torréfaction, plus subtils, comme une caresse du soleil, sur la fin de bouche quand on se décide à prendre le temps d’apprécier les bonnes choses. 

fon de tiroir domaine léonine

Alexandra Rosenfeld icone de Sud de France

pub sud de france

Alexandra a été choisi comme ambassadrice de la marque ombrelle Sud de France et de la région Languedoc-Roussillon.

logo sud de france

Nous avons pu la voir dans un spot publicitaire pour les produits Sud de France qui a été diffusé sur TF1 et France 3 . Sous les traits du Petit Chaperon rouge, entourée de vignes et d’oliviers, elle se bat contre un loup pour affirmer avec force que Sud de France est la marque qui change le cours de l’histoire.
Ex miss France et toujours Miss Europe, Alexandra est née dans les vignes du Languedoc, ayant vécu jusqu’à son sacre de miss, à Saint-Thibéry, petit village à côté de Pézenas. C’est d’ailleurs à Pézenas qu’elle suivait des études en BTS Tourisme.
Voilà donc une reconversion justifiée !
Georges Frêche ne peut que se féliciter de la pertinence de cette association pour faire connaitre les produits de la région Languedoc-Roussillon. Le Sud bouge et le dynamisme de la région commence à porter ses fruits. La marque ombrelle Sud de France fédère de plus en plus d’entreprises agroalimentaires leader et se fait connaitre en France comme à l’étranger. A coup sûr, cette démarche sera gagnante et le Languedoc-Roussillon pourra mieux se vendre sur un marché mondial hautement concurrentiel.

freche alexandra

Merci Alexandra !

le vin bio avance

L’Agence Bio vient de publier ses résultats d’analyse de l’agriculture bio en France en 2007.

affiche bio

L’année 2007 a été marquée par une forte augmentation des surfaces en vignes qui ont atteint
les 22 000 ha (+20% vs 2006), en légumes frais (7 433 ha ; +32% vs 2006) et en plantes à
parfums, aromatiques et médicinales.
J’espère qu’en parallèle nous aurons une annonce de la baisse de l’emploi de pesticides en France !

logo AB

Le vignoble bio en forte expansion
Avec plus de 22 000 ha en mode de production biologique, les vignes bio sont en forte
progression (+20%), dans un contexte de réduction de l’ensemble des surfaces viticoles
nationales (-2,3%). Le nombre de viticulteurs engagés a augmenté de plus de 16% (1907
viticulteurs fin 2007).
Les vignes bio ne représentent encore que 2,6% du vignoble français. En 2007, le rythme de conversion à la bio des vignes s’est accentué, si bien que plus du tiers des surfaces viticoles certifiés était en conversion.
Les trois régions qui regroupent les 2/3 des surfaces en vigne certifiées connaissent une forte
progression : Languedoc-Roussillon (6 140 ha, +16% par rapport à 2006), Provence-Alpes-Côte
d’Azur (5 294 ha, +24%) et Aquitaine (3 065 ha, +9%). La progression est également très forte
en Bourgogne (+28%) où les vignes certifiées couvraient en 2007 près de 1 000 hectares.