Fête des vieux cépages à Trilla dans le 66, jeunes vignerons et vins d’exception

Si y’a bien un salon des vins à ne pas manquer c’est celui-là. D’abord parce qu’il y a quelques carignan à déguster, sélectionnés par Môsieur  Michel Smith, ensuite parce que vous allez découvrir de jeunes vignerons qui font des vins de dingue avec des cépages plus vieux que vous, et aussi parce que l’endroit est sauvage, le village is so cute, et il y a pour les sportifs un chemin de randonnée très sympa pour parcourir un paysage somptueux et une vue splendide sur les Pyrénées !

« Et aussi incroyable que cela puisse paraître, passé la porte de la salle des fêtes communale, nous ne voyons que des jeunes vignerons, enfants du pays ou pas, affairés, tous, occupés, débouchant, servant, discutant, expliquant. On s’étonne avec eux de cette affluence. Mais progressant de l’un à l’autre, un verre à la main, une certitude prend forme et se conforte, cuvée après cuvée, c’est bon, c’est très bon, c’est différent, c’est fin. Voilà pourquoi nous sommes venus, pour déguster des  qui ont du goût! »

A lire aussi, article publié l’année dernière sur La Feuille de Vigne : http://www.lafdv.fr/std/200-jeunes-vignerons-recherchent-vieux-cepages-le-renouveau-du-terroir

 

L’Estive du Cru La Livinière : une première à la rencontre du territoire du Minervois

Soyons honnête ! Qui sait où se situe l’appellation La Livinière ? Savez-vous déjà qu’elle s’appelle plus précisément AOP Minervois La Livinière et qu’elle couvre 6 communes dans l’hérault et une dans l’aude : Azillanet, Azille, Cesseras, Félines Minervois, La Livinière et Siran. J’ai honte, je ne sais même pas vous dire laquelle est dans l’aude. Ca doit être Félines Minervois…non ?
Si vous ne connaissez pas l’endroit, cette région est assez rude, très peu d’habitation, des paysages sublimes, la Montagne noire en point de mire, un climat dans le même style, très chaud l’été le jour sur un sol blanc, calcaire.
C’est une toute petite appellation, une trentaine de caves particulières, 3 caves coopératives, 200 ha en production. On ne peut pas s’attendre à retrouver les jus de La Livinière en quantité chez votre caviste ou dans un rayon de supermarché. A vous d’être curieux donc !

L’estive est une bonne occasion de sortir de sa cave humide !!! Ce sera une première édition, pleine de promesse avec une belle idée de NUIT DE L’ESTIVE FESTIVE  en plein air sur le site des Meulières, juste au-dessus du village de La Livinière.
Il y aura :
– un marché de producteurs fermiers avec restauration sur place dès 19h,
– des rencontres- dégustations-ventes de vins des producteurs du cru (et de ceux du terroir de Cazelle invintés pour l’occasion)
– une animation ‘Aux couleurs du moyen-âge’, groupe de troubadours costumés, chants occitans et traditionnels du moyen-âge
– la scénographie ‘son et lumière’ de Fred
– le concert de musique baroque du duo ‘Terra Maïre’, chant polyphonique des peuples occitans
ET bien sûr, un Feu de la Saint-Jean.

Pour en savoir plus, télécharger le programme ici et rendez-vous sur la page facebook de www.facebook.com/cru.laliviniere

LE PROGRAMME DES ANIMATIONS du dimanche 23 Juin 2013

A LA RENCONTRE DES VIGNERONS 

 AZILLANET

 

– Alliance Minervois

Caveau les 3 Blasons 9 h – 12h / 14 h – 18 h dégustation, exposition de peinture & sculpture

route d’Olonzac – 04 68 91 22 61

FELINES  

– Alliance Minervois 10h30 et 15h30 RDV au Moulin de Félines Minervois (route de Félines et Trausse) pour une visite du Conservatoire de Cépages Du Cru La Livinière, accompagnée d’un vigneron d’Alliance Minervois.

– Borie de Maurel

10h – 18h visite, dégustation, 10h randonnée pédestre viti-patrimoine avec ânes,

12h – 15h apéro tapas et vente de légumes Bio

Renseignement : 04 68 91 68 58 / 06 03 25 03 87 – Rue de la Sallèle

– Domaine du Petit Causse

10 h – 18 h : visite de la cave de vinification, dégustation de la gamme des vins

11 h – balade vigneronne dans les vignes du domaine commentée par Maguy la Vigneronne

12h – grillade offerte (réservation souhaitée)

Renseignement / réservation: 04 68 91 66 12 / 06 71 13 09 68- Rue de la Sallèle

LA LIVINIERE

– Caveau Cella Vinaria – 9 h – 12 / 14 h – 18 h dégustation, exposition de peinture & sculpture

14 route de Notre Dame – 04 68 91 42 67

– Château Faîteau – 10 h – 12 h / 15 h – 18 h : visite de cave, exposition photos sur les travaux de la vigne et du vin (Photos Nicolas Faure).

A 10 h, balade viti-patrimoniale suivie à 11 h d’une dégustation des vins de Château Faîteau et des produits oléicoles du Mas des Meules.

Renseignement : 06 15 90 89 49 / 04 68 43 99 17 – Route des Mourgues

– Château de Gourgazaud 9h – 18h visite, dégustation de vieux millésimes et de la gamme

 

Renseignement : 04 68 78 10 02 – RD 52

– Château Laville Betrou  10h30-18h00 Portes ouvertes, dégustations, expo art culinaire

Renseignements 04 68 91 49 20 – 4 rue du moulin à vent

– Château Sainte Eulalie 10h30 – 12h30 / 15h – 18h30 visite, dégustation, exposition photos sur le thème de la vigne avec vernissage à 17h30.

Renseignement : 04 68 91 42 72 – Château Sainte Eulalie

– Domaine Combe Blanche 10h – 18h dégustation au caveau avec grillade offerte à 12h (10 à 15 € / bouteille)

Renseignement / réservation : 06 80 43 40 61 3 ancien chemin du Moulin Rigaud

– La Siranière – 10 h – 13 h / 15h – 18h Visite commentée, dégustation, exposition de peintures, pastels et sculptures

Renseignement : 06 12 72 12 98 – 9 av. des Meulières

PEPIEUX

– Château Pépusque 8 h – 12 h : dégustation au caveau

Renseignement : 04 68 91 41 38 – Rue de l’égalité

SIRAN

– Clos Centeilles 10 h 30 : l’art de la dégustation avec Anne Françoise Crouzet, 4ème nez mondial, maître sommelier

12 h30 déjeuner champêtre accords Mets & Vins (40 € par pers. Limité à 16 participants)

Renseignement / réservation : 04 68 91 52 18 – Chemin de Centeilles

TRAUSSE MINERVOIS

– Tour Trencavel 10h – 18h visite, dégustation, déjeuner

Renseignement / réservation : 06 11 73 17 95 – La Guillou

 

A LA RENCONTRE DU TERRITOIRE 

 – Villa Limonade à Olonzac

10 h 30 ‘’Initiation à la dégustation de vins’’ (avec un œnologue)– entrée 59 € pour 2 pers.

Renseignement / Réservation obligatoire : 04 68 41 78 09 / 06 46 12 78 01 – 8 rue du Cers

– Musée archéologique d’Olonzac 

10 h – 12 h / 15 h – 17 h ‘’Visite guidée, présentation du Centre de Recherche de Documentation du Minervois’’ (entrée 4 €) Renseignement : 04 68 91 25 24 – 9 Bd Pasteur

– Maison de l’Abeille de Cassagnoles

15 h – 18 h ‘’A la découverte de l’Abeille’’ : visite et jeux  (entrée libre) Renseignement : 06 14 66 65 66 – Maison de l’Abeille

 –       Atelier Paul Azema à Azillanet

10 h – 20 h Exposition de peinture (entrée libre)

Renseignement : 04 68 91 22 98 / 06 79 78 69 17 – 1 rue de la Mairie

–  ‘’Amis de Centeilles’

17 h 30 Concert de l’Ensemble Soli Nitorem composé de 6 voix de femmes Chant médiéval et patrimoine architectural (entrée 10€, 8€ étudiants, chômeurs…, gratuit – de 18 ans)

Chapelle de Centeilles – Siran

–   ‘’Montagne et Garrigue’’

16 h Balade sur les traces des moutons : paysage d’hier et d’aujourd’hui et environnement de saison. Départ Restaurant Les Meulières vers le site des Meulières  Entrée 5 €

Renseignement : 06 48 55 70 36 / 06 63 36 79 33

LES DEJEUNER  AUX RESTAURANTS DE L’ESTIVE  (sur réservation)

 

–       Le Bistrot Gourmand

Plat spécial Estive 17 €, Menu Estive 25 € (3.50 € le verre du Cru La Livinière)

Réservation : 04 68 41 42 37 – 56 bis av. de Carcassonne – Homps

–       Les Meulières

Assiette de pays 14.50 €, Menu Estive 26 €

Réservation : Tel 04 68 75 40 16 / 06 71 19 74 33 – 2 place Occitane – La Livinière

–       La Cave

Menus Estive 18 € et 26 €

Réservation : Tel 04 68 91 31 98 – 9 place de l’Ormeau – La Caunette

–       L’Asphodele

Menu Estive 26 €

Réservation : 04 68 91 80 70 – 2 place des écoles – Oupia

–       Auberge Saint Martin

Menu Estive 23 €

Réservation : 04 68 91 16 18 – 11 av. du Général de Gaulle – Beaufort

–       Lo Cagarol

Menu Estive 19 €

Réservation : 04 68 27 84 22 – place de la fontaine – Aigne

 A LA DECOUVERTE DE L’APPELLATION

 14 h 30 – 18 h 00 : 3 ateliers thématiques Ostal Cazes La Livinière Entrée libre

 

 – 14h30 & 16h00 Atelier ‘’Pause Vigneronne’’

Spectacle Grapillage de pages sur le vin : escapade musicale et littéraire (Cie Esquif)

 – 14h30 – 18h Atelier ‘’Livinage’’ 

Dégustation du millésime 2011

  15h30 & 17h00 Atelier ‘’ Créateur de vins’’

Apprentissage de l’art de l’assemblage

          

LA NUIT DE L’ESTIVE

 Entre 19h et 23 h : Soirée en plein air près du site des Meulières

–       Rencontre avec les vignerons, dégustation-vente

 

–       Marché de producteurs fermiers avec restauration sur place

–       Scénographie Son & Lumières ‘Fred de Fred’

–       Animation musicale : ‘’Aux couleurs du Moyen Age’’ groupe de troubadours costumés, chants occitans et traditionnels du Moyen-Age

–       Concert de musique baroque avec Terra Maire

–       Feu de la St Jean (Animation Amis Cesse et Brian)

 

LES INVITÉS DE L’ESTIVE

Les vignerons du Cru La Livinière accueillent pour cette 1ère édition de l’Estive, les vignerons du terroir de Cazelle.

Les vignerons de Cazelle seront présents chez les vignerons (voir liste) pour une dégustation-vente. Ils participeront à un atelier à l’Ostal Cazes : atelier de dégustation

Ils seront présents à la Nuit de l’Estive avec les vignerons de La Livinière.

CONTACT

www.facebook.com/cru.laliviniere

Syndicat AOC La Livinière, 35 quai des tonneliers, 11200 Homps, Tel : 04 68 27 80 00

Vinocap 2013, oenotourisme à ciel ouvert ! Le vin fait escale dans le port du cap d’Agde pour le bonheur des dames les 9, 10 et 11 Mai

Pas besoin de vous faire un dessin, pour sa 4ème édition, le salon Vinocap continue sur une communication originale avec des visuels frais, très féminins et bien loin de l’image sacro-sainte d’un paysan archaïque à califourchon sur son tracteur ou retranché dans une cave sombre.

Ca sent le printemps, le soleil, la plage, la Méditerranée ! OUF !!!

vinocap salon vin cap agde pézenas

Quel plaisir ce salon ! A ciel ouvert, sur les quais du port du Cap d’Agde, réputé mondialement pour ses culs-nuls, les textiles ont l’avantage de déguster les vins de 95 producteurs de ce fabuleux vignoble languedocien autour d’Agde et de Pézenas !

La mer et la vigne ensembles séduisent tous les amoureux du bien vivre, au rythme du Sud de la France. Vinocap c’est enfin l’audace d’un  territoire qui regorge d’atouts et qui entrevoit avec pertinence un savant mélange entre gastronomie, nautisme, vigne, vin et histoire. On aime savourer un vin autant qu’un paysage, les plages d’une station balnéaire comme les ruelles pavées d’un village.
Vinocap c’est l’alliance des forces du Languedoc. Y aller c’est marcher dans les pas des premières civilisations basées sur la culture de la vigne et des échanges commerciaux. S’y rendre c’est comprendre la richesse d’une région traversante, espace migratoire où les oiseaux comme les hommes viennent se reproduire…

A déguster, à voir, à boire, à partager, à aimer… :

La Clairette d’Adissan,
La croustade et le Rosé de Bessan
Les Bécos Figos de Nézignan l’Evêque
Le Picpoul de Pinet
Les fifres et tambours de Pézenas
Les tielles et autres mille et une Pâtes du bassin de Thau
Les petits pâtés de Pézenas
La musique du groupe « les Gaspards »
Le port du Cap d’Agde et ses commerces
Le Mont Saint-Loup pas loin pour apprécier l’empreinte du basalte dans les vins d’ici
Le port de Marseillan
L’étang de Thau et les huîtres de Bouzigues

Y’a le choix, soyez curieux ! Et n’oubliez pas de prendre votre carte des 90 caves de l’agglomération !

vinocap salon vin cap d'agde

 

Les Dionysiades en Agly-Verdouble, une route des vins au coeur du vignoble de la vallée de l’Agly à Belesta

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? Pour une question d’identité certainement, parce que ces noms Agly et Verdouble, veulent dire quelque chose du pays, nom des cours d’eau, de la vie qui descendait des montagnes vers la mer, des châteaux Cathares vers les rives de la méditerranée, des origines de l’homme, celui de Tautavel il y a plus de 450 000 ans…
Entre Espagne et Corbières, l’arrière pays de Perpignan a quelque chose a dire encore !!!

Son vin parle pour lui ! Sa vigne lutte contre la garrigue, s’érode comme les hommes s’effacent, en friche, délaissée, décharnée, retournée pour toucher une dernière prime avant la mort. Alors bien évidemment, les Dionysiades, quel drôle de nom tout de même, pour remettre dans ce paysage, de la vie, d’une autre manière forcément, plus dilletante, plus touristique, plus légère et frivole. Pour vous emmener goûter de ce terroir, de ces appellations marquées par l’histoire et l’usure du temps.

Au programme de ces 20ème Dyonisiades le 19 Mai 2013 : Un programme complet sur ce magnifique village de Belesta, une vue superbe, un hotel-restaurant incroyable dans les anciennes cuves de la cave coopérative, de quoi vous faire une autre idée du vin, du patrimoine, des vignerons passeurs de temps, artisans du paysage.

La remise officielle des amphores  » Néolithiques  » réceptacles de Vins Doux Naturel Ambré et confectionnés par le potier de Rasiguères en 2003.
Une cuvée spéciale sera élaborée et offerte pour l’occasion.
Des découvertes gustatives
Un marché de terroir (dégustation-vente)
Toute la journée, dégustation-vente, rencontres avec les vignerons de la Vallée de l’Agly, les producteurs et les artisans. Des assiettes terroir seront à la vente dans lesquelles vous retrouverez les produits des agriculteurs présents sur le marché : huiles d’olives et dérivés, fruits, escargotine, fromages de chèvre, canards, miel, confitures, glace fermière et croquants, rousquilles…

Le 20ème concours de dégustateurs en partenariat avec le Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (C.I.V.R) et des initiations gratuites à la dégustation. Les participants vont avoir l’agréable opportunité de faire travailler leurs sens du goût et de l’odorat. Il s’agira pour les amateurs et initiés de tester leurs connaissances en dégustation. Les participants devront se soumettre à une série de questions QCM sur les différents vins de l’Agly. Les vignerons, les entreprises, les clubs, les associations ou un groupe d’amis pourront, s’ils le souhaitent, constituer une équipe (5 personnes minimum) pour concourir dans la catégorie de leur choix (initiés ou amateurs). Spécialement pour les néophytes, des initiations commentées à la dégustation seront animées et proposés gratuitement.

Le déjeuner terroir organisé par le chef Laurent LEMAL du restaurant la coopérative. Cette année un menu original mettra en valeur les produits du terroir. Le repas sera accompagné de vins offerts par les vignerons. En partenariat avec les étudiants du CFPPA de Rivesaltes (cs commercialisation des vins).

Une mise en valeur du patrimoine
Une balade-découverte accompagnée autour de Bélesta. Pour ceux qui aiment la marche, une balade à la découverte des paysages sera proposée par l’association  » le pari du lac  » avec une visite commentée de la grotte de Bélesta. Une importante sépulture collective néolithique (une trentaine de personnes) a été découverte dans cette grotte, bien connue des bergers. Sous la direction de Françoise Claustre, les archéologues ont poursuivi les fouilles et ont mis au jour les vestiges d’un habitat Néolithique et de l’Âge des métaux.

Atelier-découverte jeune public
Pour le jeune public, des ateliers-découvertes gratuits seront proposés par l’équipe du Château-Musée : atelier parure, atelier poterie, atelier dessin sur les plantes néolithiques…

Parcours ludique de découverte du patrimoine
Accessible à tous, un parcours patrimoine élaboré spécialement, permettra aux participants de satisfaire leur curiosité sur la vie de la vallée, et de découvrir de magnifiques sites incontournables au cœur du village : le Château-Musée, l’église, le cœur médiéval préservé, mais aussi les artistes locaux et les traditions locales…

Des visites et des animations toute la journée
Des visites du Château-Musée toute la journée: visites libres ou guidées à des tarifs préférentiels : 4,50€ (1 entrée payante + 1 entrée gratuite) ou pour 3,50€/personne.

Animations musicales toute la journée par la New Orleans Jazz Band et les Salanc’Aires.

Pour en savoir plus, l’officiel est sur le site de Dyonisiade et le programme avec le bulletin pour réserver il est ici en pdf, suffit de cliquer sur les mots suivants pour le voir apparaître dans une nouvelle fenêtre, c’est moderne : Le programme de la 20ème Dionysiade Agly -Verdouble

Dis, comment vendre Le vin de Beaujolais le 3ème vendredi de Novembre?

Vous le savez tous ! C’est du vécu comme on dit ! La fameuse soirée, nuit, du Beaujolais, immuablement le 3ème jeudi du mois de Novembre, de chaque année, millésime après millésime, du surannée remis au goût du jour, à la même période, une même expérience que l’on redoute autant que l’on souhaite !
Faire la fête au Beaujolais. La belle affaire quand celui-ci nous ne le rend pas, jusqu’à l’écoeurement !

Alors on aura encore dans le discours, la parole des médias, ce fameux goût de banane, cet arôme de fruit rouge, et ce reportage sur des japonais en slip tremper les doigts, les pieds et plonger, dans une piscine de Beaujolais.

Mais voilà, ne peut-on pas vouloir faire la fête en se faisant plaisir, sans se ruiner, sans avoir mal à la tête, sans se raper la langue, sans se laver et délaver l’estomac ? Peut-on espérer boire du Beaujolais sans se bourrer la gueule ? Peut-on imaginer un lendemain durable, un vendredi divin, un souvenir au réveil d’une soirée, à roser les joues des jeunes filles en leur disant des mots d’amour, un simple verre à la main, porté aux lèvres échangées, sans avoir l’air et le soufle d’un ivrogne ? 
Une utopie de plus ? NON !
Il est des beaujolais comme du vin en général, du bon et du mauvais ! Ouvrez-vous à la curiosité et vous apprendrez à déguster du bojo, du popu, l’air de rien, vraiment fruité, gouleyant c’est à dire frais et léger !
Il est des beaujolais comme des vins, ils sont pluriels, divers, différents. Il suffit de se jetter dans la marmitte : nouveau, cru, village. Il y a de quoi y passer une vie, une passion, un bon moment, à découvrir ceux qui le font, à arpenter les vignes, à reconnaitre le Morgon, le Moulin à Vent et les autres.
Il est des beaujolais comme des belles choses. Il y a la première impression, la première rencontre, la facade et l’arrière-cour, le gros des troupes et l’intime. Il faut pour savoir, pour comprendre, pour aimer, pour en parler, en boire, se donner le temps, sur place, sur ce terroir, donner de soi pour recevoir !

Vous le savez ou pas ! Le Beaujolais est un vin vivant. Faites le savoir ! Quelque soit le jour !

La crise viticole par la revue de viticulture, l’histoire se répète

« Il est manifeste qu’à cet égard l’exagération des plantations, l’application immodérée de la culture intensive, la poursuite des gros rendements, la surabondances des récoltes, la pléthore d’une production mal réglée en désaccord avec les besoins de la consommation, ont exercé une influence décisive qu’il était assez aisé de prévoir. »
LA crise !
Chacune de nos vies souffre d’être contemporaine. L’histoire des hommes, de nos pères, de nos grands-pères, de nos ancêtres, devrait se transmettre dans nos gênes. Cela aurait un effet radical.  Nous aurions l’expérience de nos paires pour ne pas répéter les erreurs du passé ! En attendant, il y a des outils pour tenter de faire de nos vies, des relais : la mémoire, les livres, les films etc…

LES crises du monde du vin reviennent selon certains cycles. Tiens justement, c’est par un heureux hasard, que lors d’un périple en vélo, le long du canal du midi, de Toulouse à Pézenas, lors d’une halte au village Le Somail, que je découvris un ouvrage sur la crise viticole dans une incroyable librairie « Le trouve tout du livre« .

Le présent ouvrage a été édité en 1902 à Paris par le bureau de la revue de viticulture signé par Monsieur Prosper Gervais, membre de la société nationale d’agriculture. Au dos, on peut lire ceci : « La revue de viticulture , l’organe le plus important et le plus autorisé de la Viticulture française, parait à Paris, le Samedi de chaque semaine.
Elle publie régulièrement :
1 : Des articles de fond sur toutes les questions viticoles, économiques et agricoles intéressant les régions viticoles.
2 : Une revue des travaux qui concerne la viticulture.
3 : Des actualités qui permettent à ses lecteurs de suivre le mouvement viticole.
4 : Des renseignements et réponses aux demandes de ses abonnés…Et dans cet ouvrage, il est fait état de solutions à mettre en place pour résoudre cette crise viticole.
J’y reviendrai…

Mas Conscience, un sacré domaine en terroir Languedoc Terrasses du Larzac.

La conscience !

gamme du mas conscience

On pourrait se dire que d’appeler son domaine le Mas Conscience s’est faire beaucoup de cas de son existence. Mais quoi, la vigne serait un élément qui porterait l’âme des hommes autant que celle de la terre, une empreinte du temps, une trace de vie.

Mas Conscience, un nom qui intrigue, un nom qui attire. A l’origine, le nom donné à un récipient dans lequel les moines de Saint Guilhem le Désert recevaient les offrandes des pauvres gens qui, par le geste, se la donner bonne ! D’où le logo du Mas.

Un nom qui désigne également un acte volontaire que Geneviève et Laurent Vidal ont réalisé, il y a plus de 7 ans, en revenant ici, sur ce terroir des Terrasses du Larzac.Alors déjà bien installés au nord de Montpellier dans le vignoble du Pic Saint Loup, ils décident de changer de terroir et de venir à Saint Jean de Fos, dans ce village d’enfance, y reconstruire un domaine à partir de rien, de ce rien qui part en fumée aujourd’hui, qui s’arrache à coup de bulldozer, qui disparaît à coup de primes, comme les voitures bonnes pour la casse, de ce rien qu’on appelle la terre, la vigne !

mas concience

Bien né, le domaine se construit sur des bases solides, acquises par l’analyse et la réflexion, une expérience et un objectif clair : obtenir des vins avec une identité et de la profondeur en accord avec le terroir. Sur 12 ha de vignes, le sol se couvre de galets roulés dans les parcelles du bas, au plus près de l’Hérault, quand sur le haut, aux abords du village, la terre se compose d’argiles jaune et rouge, pour finir par des éboulis calcaire au pied de la colline.

laurent-vidal-mas-conscience-languedocLa méthodologie nous explique Laurent Vidal se base sur les principes de la biodynamie : « une plante équilibrée, un cépage bien adapté qui se nourrit du sol, sans apports . Trop vigoureuse, trop fournie, une plante aura tendance à accueillir davantage de maladies et de bactéries dans son feuillage. A l’inverse, une plante trop chétive ce n’est évidemment pas le top. »

Au démarrage de cette nouvelle installation, Geneviève et Laurent font appel à une « conscience » justement, Bernard Bellahssen, qui leur apprend à être plus sensible avec la terre, à tenter de la comprendre. Les traitements se font à base de tisane ou de purin, de la consoude pour stimuler la plante dans la chaleur de l’été, la nuit quand elle respire.

Dans la cave, même démarche, même recherche de l’équilibre, avec des cuves en béton brute pour la fermentation, adaptées à la vendange, puis des cuves tronconiques en bois ni trop grandes, ni trop petites, pour un élevage précis et ciblé en fonction des cépages, syrah et grenache.

Comme le conclut Laurent, « Aujourd’hui, avec cet outil de travail, j’ai peut-être changé, en passant des vins charpentés aux vins plus en dentelle. J’interviens moins en cave. Mes vins ont gagné en acidité, ils sont plus vifs, plus droits. Ca fait 20 ans de vinification et finalement, on invente rien ! On revient plutôt à ce qui se faisait avant. Je veux que mes vins soient sur le plaisir, la fraîcheur, la fleur. Surtout ne pas compliquer ! »

laurent-vidal-mas-conscience-montpeyroux-larzac

Geneviève et Laurent Vidal – 0467577742 – mas.conscience@wanadoo.frRoute de Montpeyroux 34150 Saint Jean de Fos

Olivier De Moor, vigneron à Chablis, Bourgogne

Olivier De Moor Vigneron bio à Chablis Bourgogne

Avec Olivier De Moor, nous sommes d’emblée dans la catégorie Vigneron à carapace dure, de première abord réservé, timide, effacé. Rencontrer un tel homme c’est comme partir à la cueillette aux champignons. C’est pas gagné à l’avance. Il faut connaître le terrain, montrer patte blanche, approcher sans s’annoncer mais doucement, pas à pas, discuter peu au départ, de toutes façons il ne dit que quelques mots, parle à voix basse et semble sortir de sa tanière.Et puis, Olivier De Moor fait un geste d’apaisement. Il ouvre sa porte, vous avertit, deux fois, de bien baisser la tête en entrant dans la première partie de sa cave, et vous entraine dans un dédale de caves sombres et froides, de portes, d’escaliers, pour déboucher en bas dans une dernière cave. On va déguster quelques cuvées mais nous ne pourrons rien acheter. Y’a plus rien à vendre, écoulé déjà ou réservé.

Olivier De Moor

Mais savez-vous pourquoi on manque De Moor à Chablis ? Certainement parce qu’il ne fait que 30000 bouteilles avec 7 ha de vigne et un rendement de 35 hl/ha.Sûrement parce que ses vins sont très vites introuvables car très recherchés !Peut-être aussi parce que Chablis gagné par une euphorie sur le marché américain, dans un passé encore très récent, a utilisé à volonté tous les artifices à sa portée pour une production soutenue de vins.« Les grandes maisons de négoce sont en position de force. Elles entrainent tout le monde dans des techniques vers lesquelles je ne veux pas aller » nous confie Olivier De Moor.« J’essaye de faire du vin pour me regarder en face, sans intrants. Et comme je travaille, ca donne les vins que je fais, différents ! »Mais bien sûr, à ce point d’exigence, avec un tel rendement, la rentabilité est moindre et le travail plus difficile, plus risqué. Très peu soufré, le vin a de cette délicatesse qui accompagne chacun des gestes d’Olivier De Moor.Mais il insiste, recadre  : « il faut coexister entre ceux qui font 60hl/ha et ceux qui ne font que 35. »Vivre De Moor et d’eau fraîche semble-t-il !

Parce que les séjours en cave sont toujours de l’ordre de l’intime, la gouaille du visiteur, soudain, surprend, étonne, voir amuse. Tandis que nous étions affairés, le nez plongé dans l’un de ses Chablis, le rosette 2009 encore en fût mais fin prêt, aux fortes notes citronnées et nerveuses, totalement dépourvu de bois, surgit un grand et costaud  bonhomme, en bermuda trop large et sandalettes en cuir ; un total look d’américain. Michel Moulherat de la Cave de l’Insolite à Paris. Grand gaillard à l’opposé de la discrétion du vigneron, du genre tactile, au verre facile, vite vide, glougloutant chaque gorgée, aussitôt avalée, poussant l’espace par des « voilà, ca c’est bon ! J’fais vite, j’te prends 2 bouteilles et on y va ».C’est promis on passera le voir à sa cave quand on sera à Paris.Retour au calme.

chablis et saint bris

On replonge dans la cave du bas et on découvre la cuvée Rosette en 2008 qui doit bien se trouver quelque part en France chez certains cavistes comme Lavinia, Augé, Chapeau Melon, La Part des Anges à Nice ou Les Indigènes à Perpignan.Belle acidité toujours avec des contours de citrons confits et un léger fumé. Une année de fermentation longue à la suite d’un bel été et d’un vent du nord en Septembre qui a eu la particularité de concentrer le raisin.Puis le Saint-Bris, cuvée de Sauvignon blanc et gris, vieilles vignes gagnées par les manquants, qu’il a fallu filtrer sur ce 2008. Il restait trop de sucre, 5g. « Je vendange tard. En fin de fermentation, les levures patinent par manque de nutriments. En laissant un peu de gaz, on garde de la nervosité au vin et on filtre pour éviter que les levures repartent avec le sucre. »Une délicatesse ce vin, du fruit, de la finesse. On le supplierait pour repartir avec au moins une bouteille.Et parce que le vin c’est la terre, la vigne, on s’échappe rapidement du village de Courgis pour tâter du cailloux du bout des pieds sur la première de ses parcelles. Les ceps sont encore nus. Le sol meuble se tapisse de quelques herbes, un pissenlit en fleur et de mignonnes fleurs bleues enivrantes. Pas d’ensemencement, ca vient naturellement.Le regard d’olivier De Moor se fait plus complice, plus détendu.En regardant le vignoble de Chablis alentours, décharné, vide, grisâtre, uniforme, avant l’éclatement des bourgeons, on espère vivement que Chablis prenne des couleurs.

Rosette, parcelle de chablis, olivier de moor

Gilles Azam Les Hautes Terres de Vignes Bio en AOC Limoux

La fête souvent s’accompagne de petites bulles, effervescentes, pétillantes, aromatiques. Si beaucoup ne jure que par le Champagne, ma raison et mon besoin de curiosité m’ont amené à découvrir l’excellence du Crémant. J’ai souhaité vous dresser le portrait d’un vigneron très attachant, recroquevillé dans son village natale, tout près de Limoux, là où le vin pétillant a été inventé (avant le Champagne !).

J’ai connu plusieurs Roquetaillade. L’un était un château en Gironde. Celui-ci, près de Limoux dans l’Aude, abrite un village perdu sur son rocher, perché à 350 m d’altitude, tout entouré de 120 ha de vignes. Ici, pas plus de 16 habitants au km². Y’a pas foule. Je me demande même si il n’y a pas plus d’éoliennes, là-haut, sur la crête, face au village, que d’âmes qui filent, dans ces ruelles étroites, et, sombres en hiver.

roquetaillade aude limoux azam

Près du château (il y a toujours un château et une église comme vous le savez, dans une commune de France), en rangs serrés, collées les unes aux autres, des caves, souvent vinicoles laissent s’échapper, parfois, des visiteurs d’un jour portés par de petites bulles invisibles.
Au pays de Limoux, la Blanquette et le Crémant sont rois !

azam gilles vigneron limoux

Chez Gilles Azam, vigneron, au domaine des Hautes Terres, le Crémant s’appelle Joséphine. C’est le prénom de sa fille. Pétillante, certainement !
Prolongeant la certification Bio de ses vignes et de ses raisins, il poursuit au maximum cette rigueur, ce respect du vivant, jusque dans la cave et ses quelques cuvées. Faire du Bio c’est déjà se rajouter du travail par rapport aux autres, mais le faire sur le Crémant, c’est vraiment en vouloir, faire un effort.
Joséphine est un assemblage particulier de chardonnay, chenin et mauzac. D’habitude pour le crémant, le chenin est mis de côté. Gilles a un faible pour le chenin.
La méthode champenoise demande du temps : 9 mois d’élevage en fût suivi de 24 mois de fermentation en bouteille posée sur des lattes. Plus la fermentation se glisse dans le temps et plus les bulles seront fines. Ce n’est qu’une fois ces deux années achevées, que Gilles dégorge les bouteilles. En d’autres termes, une fois que la fermentation est finie, les lies mortes se sont déposées sur la paroi de verre. Il va alors en quelques jours, basculer les bouteilles, le cul vers le haut, afin de faire descendre les lies dans le goulot. Un mouvement rotatif de la bouteille accélère la glissade des lies, au fur et à mesure qu’elle se redresse à l’envers. Gilles parle alors de « poignettes », réalisées plusieurs fois par jour, à intervalles réguliers, où la bouteille fait à chaque fois 1/6 de tour. Le coup de main du vigneron !
Depuis son installation en 1999 dans son village natal, il a racheté la cave de son grand-père et s’efforce de retrouver la taille du domaine de son arrière-arrière-arrière grand-père, bien avant la grande guerre. Gilles garde les pieds sur terre. Comme il le dit : « Je suis en Bio parce que j’essaye de faire le plus propre possible…et avant tout il ne faut pas décevoir son client ». Avec ses 7 ha de vignes, les Hautes Terres produisent 20% de Joséphine (Crémant), 45% de Louis (AOC Limoux blanc) et 20% de Maxime (AOC Limoux rouge) et le reste en vin de pays, soit à peu près 25000 bouteilles.
J’en ai pris quelques unes…

azam louis limoux bio

Journée d’action des blogeurs du vin

monbazillac

Le 30 Octobre 2008, le monde du vin met la pression et souhaite faire connaître au plus grand nombre le danger qui le menace.

En réaction à la réforme à venir de la loi Evin, les vignerons vont recouvrir d’un drap noir plusieurs panneaux de communes dont les noms sont également des noms d’appellation. Et ce pour protester contre les récentes décisions de justice qui nous interdisent de parler, d’échanger, de conseiller un vin. Il faudra donc bientôt changer les noms de ces villages que sont les : Pauillac, Margaux, Morgon, Cheverny, Faugères, Saint-Chinian, Pézenas, Bordeaux, Cognac, Bergerac, Madiran, Jurançon etc…Cette action est baptisée : « Ne pas tomber dans le panneau des censeurs « 

Etant donnée la restriction et le vide juridique qui menace notre parole sur Internet, nous, blogueurs du vin ferons la même chose avec nos blogs. L’idée consiste, pour tous les blogs de vignerons ou d’amateurs de vin, à poster ce jeudi 30 octobre un article pour protester contre la menace portée au vin et à son expression.

Buvez nos paroles sans modération !!!

Ne cédez pas à la prohibition !!!!